Dry January : la réalité et les arbitres du bon goût